Et Dieu oublia le Prince Charmant

Comédie tout public de 1h25 (2008-2009), cie En Plein Chœur

L’histoire

En vidéo : Bande annonce

Mais que fait le Prince Charmant ? C’est autour de cette question que se croisent : une jeune femme trop bavarde ne pouvant oublier son premier amour adolescent pourtant fini avant d’avoir commencé, un jeune homme à fleur de peau prêt à tuer le chat de son ancienne petite amie, Adam préférant la Play Station à Eve, Cendrillon désespérément mariée à un fétichiste des pieds, Al, le mystérieux mafieux qui éveille bien plus les sens de Blanche Neige que son gentil prince pleurnichard et d’autres personnages hauts en couleurs…

La pagaille et l’incompréhension règnent et les couples modèles s’effondrent : Et s’il suffisait de mélanger les histoires pour tenter d’en recoller les morceaux ?

La Mise en Scène

En vidéo : Présentation du spectacle

Deux univers sont narrés sur scène. Celui de notre présent, bien réel où les personnages parlent pleinement conscients de la présence du public. Leurs paroles circulent entre la scène et la salle et se façonnent par cette relation. Le décor est celui de la « boîte noire » propre au théâtre avec un simple lampadaire de salon pour habillage. L’autre dimension est onirique, inspirée des représentations théologiques et fantasmagoriques de la famille. Le quatrième mur délimite la frontière avec le public. La parole de ces personnages imaginaires est cloisonnée à cet espace temps. Le décor est celui d’une prairie où « la gentille petite famille » va pique-niquer.

Ces différents niveaux de récit ont tous un point commun, l’incommunicabilité entre les personnages. Même si la parole est échouée, avortée, parfois bien heureusement, elle est reçue et permet la rencontre, avec en arrière plan l’espoir de l’amour qui se dessine.

Extraits en vidéo

En scène : Rencontre à la fnac et Visite du paradis

En lecture : Couple en formation

Paru dans la Presse

LE RUEIL SCOPE

« Entre parodie de contes de fées et réflexion sur les relations hommes-femmes, un délire dans la lignée de Kaamelott. »

LE PETIT VIGNEUX

« Un comique inattendu qui prend à contre pied les idées reçues, qui joue avec les textes, avec nos défauts, nos petites hypocrisies. Cette pièce nous révèle une face inattendue du théâtre moderne. Elle bouscule les traditions pour le plus grand plaisir des spectateurs. Coup de chapeau à la sélection de cette pièce dans la saison culturelle vigneusienne : elle nous prouve que la modernité ne rime pas forcément avec incompréhension ni ennui. »

FROGGY’S DELIGHT

« Voilà une pièce ludique, qui sans se prendre au sérieux, mélange allégrement la Bible, les contes de fées et le monde moderne avec le savoir-faire d’un chef cuisinier. C’est si bien écrit qu’on ne se perd jamais dans ce va-et-vient temporel. Un oeil subtil les relations hommes-femmes. C’est neuf, coloré, récréatif. (…) Une comédie rafraîchissante et délirante qui tient toutes ses promesses et nous laisse «heureux». Que peut-on demander de plus ? »

VOUS MAG’

« Des contre-pieds intéressants, réhabilitant le coryphée de la tragédie antique comme juge omniscient. (…) De fins jeux de mots, inscrivant « le théâtre dans un théâtre » et n’hésitant pas à sortir du cadre pour en dynamiser la narration. Pas de code. Pas de règle. Les préjugés sont bousculés et réinterprétés à contresens sous la houlette d’un charismatique narrateur. On y rit. On s’émeut.»

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :